Une tradition céramique d’excellence

250 ans d’histoire à Malicorne

En 1747, Jean Loiseau, faïencier originaire de Touraine, installe ses fours dans une ancienne auberge : “l’auberge du Plat d’Etain”.
Profitant des ressources naturelles environnantes, un sous-sol riche en argile, de nombreuses forêts pour alimenter les fours et la rivière pour l’énergie hydraulique (l’installation d’un moulin pour moudre l’émail et les couleurs) et l’exportation des faïences, Jean Loiseau fut très vite imité. A la fin du XVIIIe siècle, le petit bourg de Malicorne comptait déjà plusieurs fabriques en activité. La tradition céramique de Malicorne était née et les fours ne s’éteignirent plus…

 

La cité de Malicorne-sur-Sarthe est reconnue pour ses faïences, fleuron de l’excellence artistique à la française. Cette tradition se perpétue encore dans les ateliers des faïenceries. Le musée de la faïence et de la céramique – musée de France assure la conservation de ce patrimoine céramique d’exception et le rend vivant par le biais d’une programmation d’activités et d’événementiels.

 

 

 

Malicorne aujourd’hui …

Aujourd’hui, Malicorne-sur-Sarthe, labellisée “Villes et Métiers d’Art”, présente deux faïenceries d’Art en activité :

La Faïencerie d’Art de Malicorne (F.A.M.), labellisée Entreprise Patrimoine Vivant est inscrite à l’inventaire du patrimoine immatériel de la France pour la qualité du savoir-faire apporté à la réalisation des faïences.

Le Bourg-Joly Malicorne, faïencerie d’Art, labellisée Entreprise Patrimoine Vivant et référencée depuis peu dans l’inventaire des métiers d’art rares réalisé dans le cadre de la convention de l’UNESCO pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.

Artistes et artisans indépendants préservent aussi le savoir-faire céramique de Malicorne :

  • l’ Echoppe à porcelaine de Laurence Mazerat, décoratrice sur porcelaine
  • l’atelier de Jean-Marie Delahaye, artisan tourneur sur grès
  • L’atelier Terres et Bois, Anick Mauboussin, céramiste